For the complete experience, please enable JavaScript in your browser.
Les artisans filmeurs associés contact@artisansfilmeurs.fr 18 place Fareham // 56000 VANNES Tel : 02 97 01 36 11
AF_LOGO_NB.jpg
AccueilL'associationL'équipeNos actionsNous rejoindreNos partenairesProgrammationProgrammation 2016Programmation mars 2016Programmation avril/ mai 2016Programmation septembre/ octobre 2016Programmation novembre/décembre 2016Programmation 2015Programmation février/avrilProgrammation mai/juinProgrammation septembre/octobreProgrammation novembre/décembreProgrammation 2014Programmation février/avrilProgrammation mai/juinProgrammation sept/octobreProgrammation novembre/décembreProgrammation 2013Programmation 2012Programmation 2011Vue[s] d'ensemble[s]Rencontres architecturalesProgrammation en détailAvec Vues (festival cinéma et architecture)PrésentationProgrammation JeudiProgrammation VendrediProgrammation SamediProgrammation DimancheContacts/infosAteliersWebdocumentairesFilms d'atelierLiensContact
AF_LOGO_NB.jpg
Jeudi 5 février. 20h à la Maison de quartier de Conleau LE MUR ET L'EAU de Alice Fargier. 2014. Suisse. 24 min En présence de la réalisatrice. Récit dune rencontre en août 2011 entre la réalisatrice et Bradley, un jeune garçon de 11 ans placé en famille daccueil. Face à la caméra, Bradley raconte "Le Gamin au vélo" : la colère de Thomas, sa violence, son père au comportement enfantin. Suit un échange de lettres filmées avec Luc Dardenne. Sur le cinéma, lenfance, la liberté. + FACE AUX FAUVES de Manuelle Blanc. 2011. France. 26 min En avril 2010, dix jeunes sont retenus au casting organisé par Michel Schweizer pour la création du spectacle "Fauves". Après sept semaines de répétitions, le spectacle est présenté le 10 novembre au Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine. En partenariat avec Le Théâtre Anne de Bretagne Samedi 28 février. 20h30 au Trussac Café HONORE DAUMIER, UN ARTISTE REPUBLICAIN EN COLERE de Roland Hollinger. 1975. France. 58 min À travers l'immense production artistique d'Honoré Daumier, peintre, sculpteur, lithographe et fervent républicain, nous découvrons la vie de cet artiste célébré comme le plus grand caricaturiste de la société de son temps, mais qui fut également un grand peintre et dont l'oeuvre reste indissociable de l'histoire politique tumultueuse du XIXe siècle français.
Février
Février à avril 2015
Mardi 10 mars. 20h30 à la Salle des Alizés BACKYARD de Ross McElwee. 1984. États-Unis, France. 40 min. VOSTF En présence du réalisateur ""Backyard" montre la fierté de mon père pour le parcours professionnel de mon frère et son scepticisme sur mon choix de réaliser des documentaires "home movie". Il avait l'habitude de me dire : "Pourquoi n'essaies-tu pas de tourner des films sur la nature ?"" (Ross McElwee) Regard autobiographique sur la relation du cinéaste avec son père et de ce dernier avec les noirs qui ont travaillé dans leur foyer, ce film est aussi une étude sur les relations difficiles entre noirs et blancs en Caroline du Nord. Le réalisateur sera présent le lendemain à Lorient, pour accompagner la projection de son film "Time indefinite", organisée par l'association "J'ai vu un documentaire". Projection à 20h à la galerie "Le Lieu", Hôtel Gabril, enclos du Port à Lorient. Entrée : 4 euros. Jeudi 19 mars. 20h30 à la Maison de quartier de Kercado MIRAGE A L'ITALIENNE de Alessandra Celesia. 2013. Italie, France. VOSTF En présence de la réalisatrice "Vous cherchez du travail ? LAlaska vous attend". Dans un Turin que la crise économique a rendu exsangue ("Mieux vaut aller ramasser lhéroïne en Calabre", grogne un mécanicien devant le peu de rentabilité de sa tâche), cette offre séduit une poignée daventuriers dans lâme, daccidentés de la vie. Dune ancienne droguée douloureusement séparée de sa fille à un couple qui, ayant perdu son fils, élit léloignement pour refaire sa vie, Alessandra Celesia sintéresse au point de bifurcation de chacun, montant son film comme une série de portraits intimes. Ce nest pas un hasard si, de lancien militaire en Afghanistan tatoué à lactrice Camilla qui joue Dietrich sur scène ou à Dario, le travesti, presque tous les personnages de Mirage à litalienne portent à même leur corps des identités multiples : leur décision de partir sancre dans un imaginaire déjà fécond, indispensable à un tel déracinement. Reste à affronter la réalité de lailleurs, en loccurrence Yakutat, 662 âmes au dernier recensement. À la manière de ces vies qui prennent la tangente, le récit du film lui-même se trouve soudain interrompu dans son élan, peu après latterrissage un hasard qui pousse chacun à lintrospection, contre tout projet dévasion exotique. (Charlotte Garson, Cinéma du réel 2013)
Mercredi 1er avril. 20h à L'Echonova SINGLE : PRODUCTION D'UN DISQUE de Harun Farocki. 1980. Allemagne. 49 min. VOSTF Une chanson de trois minutes, neuf heures de studio, deux jours de tournage. Curieuse distorsion des temps de la production... En partenariat avec L'échonova dans le cadre de Music Act : "Rock et cinéma" Jeudi 2 avril et 30 avril. 20h30 au studio, compagnie Catherine Diverrès LES MEMOIRES VIVES de Cécile Borne et Thierry Salvert. 2009-2013. France. Suite de courts-métrages et d'une petite forme dansée (le 2 avril) et d'une rencontre avec les réalisateurs (le 30 avril) S'approcher au plus près de l'autre, de son univers, s'immiscer dans ses sensations, dans son imaginaire. Chaque film, par les regards croisés de deux réalisateurs, une danseuse et un compositeur, questionne l'univers d'une femme dans son quotidien professionnel et la révèle dans sa puissance de travail et son imaginaire. Mardi 28 avril. 20h à la Salle Marcel Guého à Theix WHAT A FUCK AM I DOING ON THIS BATTLEFIELD de Nico Peltier et Julien Fezans. 2012. France. 53 min. VOSTF En présence de Nico Peltier Ce film tente de rendre compte de l'univers sombre et torturé du musicien Matt Elliott, également connu pour ses travaux au sein de la formation Third Eye Foundation. C'est au travers de ses expériences humaines et musicales, que nous découvrons un homme révolté et lucide, en constante observation, qui n'est pas effrayé de donner ses opinions sur notre société contemporaine. Matt Elliott se livre avec sincérité et nous laisse entendre le cheminement sinueux de sa pensée de citoyen et de musicien. À laide d'une musique violente et intime, il se délivre de ses démons. Il tente de faire corps avec l'os des musiques de l'âme. En partenariat avec L'échonova dans le cadre de Music Act : "Rock et cinéma"
Mars
Avril
S02.jpg
HD02.jpg